Bérénice de Racine

Cela fait depuis que j’avais lu l’ouvrage « titus n’aimait pas Bérénice » que je souhaitais relire ce classique que j’avais lu il y a fort longtemps. J’ai été surprise de retrouver des passages entiers intactes dans ma mémoire. 

Bérénice appartient à l’histoire romaine et orientale.
Son action est sans violence, son dénouement n’est pas dicté par la passion. Ce n’en est pas moins une tragédie : un personnel de princes et de rois fait son malheur en une série de discours réglés. C’est le personnage le plus dépendant, le moins libre, qui donne son nom à la pièce ; Titus, qui congédie la femme qu’il aime, fait sans cesse un effort douloureux sur lui-même, jusqu’au transport d’héroïsme final.
Le sujet de pièce est le renvoi de Bérénice, qui ne fait aucun doute : il est dicté par la tradition romaine. L’action se réduit à retracer les souffrances que cette nécessité entraîne : tout l’art de Racine, ici, est dans le suspens, dans le retard, dans l’attente de l’aveu et de l’adieu.

Ce drame sommes toutes banales d’un amour impossible, du poids du devoir, et des passions exacerbées est beau par ses vers, par son auteur. Et faut le dire j’adooore les alexandrins. 

Après pour être totalement subjective Titus me semble fade et lâche même s’il est censé représenter Louis XIV 😂 Bérénice débute mal en amoureuse transite et passive qui est dans l’expectative de son adoré mais sur la fin son départ la tête haute l’a fait remonter dans mon estime. Finalement, moi c’est Antiochus qui me touche. Et vous que pensez vous des personnages? 🤗

Plaignez ma grandeur importune ; Maître de l’univers, je règle sa fortune…. Cependant de mon coeur je ne puis disposer

Bérénice de Racine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.