Une saga Hongroise, Jean Kemèny

Une saga Hongroise, Jean Kemèny

Les préludes de la lecture : cet ouvrage m’a été offert par les Editions Tensing dans le cadre de l’opération Masse Critique du 27 mai 2015 de Babelio, j’en profite pour remercier l’auteur, la maison d’édition et Babelio.

Résumé : ce livre retrace l’histoire de la famille Kemèny. De la rencontre des parents en Hongrie, à la vie parisienne de la génération suivante, le lecteur est invité à suivre le départ de cette famille. Fin 1944, les Kemèny doivent partir en exode afin de protéger leur vie. On y découvre les déchirements de la guerre et les difficultés d’adaptation de ces émigrés hongrois en France.

Le mot de la fin : un récit riche en Histoire qui invite à découvrir un peuple, des conditions de vie, des mœurs et à comprendre l’engagement de la Hongrie dans la Seconde Guerre Mondiale. Le thème des réfugiés des pays de l’Est m’a fait penser au club des incorrigibles optimistes de Guenassia. L’auteur écrit avec beaucoup de méthode en reprenant les événements chronologiquement. Tout d’abord, par la genèse, du traité de Trianon et qui explique l’acceptation (plus que l’adhésion) des Hongrois au régime nazi, jusqu’à la chute du mur de Berlin en 1989. Seul petit bémol, l’écriture « historique » que choisit, Jean Kemèny permet difficilement au lecteur de s’attacher et de partager l’émotion. Cela est bien dommage, car on la sent forte, particulièrement dans l’avant-propos et le dernier chapitre. Une saga hongroise reste un très beau témoignage hongro-parisien qui enrichira tous ses lecteurs.

Extrait : « Aussi notre vie devient peu à peu celle d’une famille française.

Un grand signe de ce changement va se faire par la cuisine : le saindoux va laisser la place au beurre et à l’huile ! A leur arrivée mes parents ne peuvent imaginer manger une salade à la française (ils la mangent avec de l’eau, du vinaigre et un peu de sucre) car la seule matière grasse imaginable pour préparer quelque plat que ce soit est le saindoux (que les français abhorrent !). Adopter le beurre et surtout l’huile va prendre plusieurs années et ma mère fera encore longtemps la queue devant la seule charcuterie hongroise de Paris ».

Pour trouver ce livre, allez chez votre libraire indépendant. Pour savoir s’il le possède c’est par ici http://www.placedeslibraires.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *