Temps Glaciaires de Fred Vargas

Mon mari lit beaucoup de polars et il est fan de Fred Vargas. Il a lu tous ses livres et je lui avais offert celui-là. Etant très sensible de nature, et pas très fan de romans noirs, il me conseille très souvent sur ce type de littérature. De plus, l’intrigue se déroule également en Islande, pays de notre voyage de noces. D’ailleurs vous pourrez retrouver une bibliographie Islandaise ici.

J’avais déjà lu Pars vite et reviens tard de Vargas que j’avais apprécié, donc je me suis laissée tenter par ce dernier ouvrage.

Un étrange symbole ressemblant à une guillotine est retrouvé près de plusieurs cadavres déguisés en suicide. L’enquête menée par le grand Adamsberg et son équipe mènera le lecteur à la découverte de la période de la Terreur après la révolution, sur les traces de Maximilien Robespierre ou encore de Danton. Ce n’est pas tout, il sera également transporté en Islande au milieu des contes et légendes locales.

Contrairement à Pars vite et reviens tard qui peut être lu sans avoir connaissance des autres livres de l’auteur, celui-ci est une lutte. Les personnages sortent de nulle part et il est impossible de suivre les relations entre tous les protagonistes si vous n’avez pas lu les autres livres. J’ai trouvé cela excessivement frustrant et donc irritant. Je trouve que l’histoire est également bâclée. Il y a énormément d’idées et elle nous tient en haleine mais finalement les résolutions sont plates et décevantes.

 » Elle a eu des ennuis avec ses anciens élèves? Avec l’Education nationale?

(…) Ses punitions étaient redoutées.

– Des punitions corporelles, par hasard?

– Apparemment rien de tel.

– Quoi d’autre? Recopier un devoir trois cents fois?

– Non plus, dit Bourlin. la punition, c’était qu’elle cesse de les aimer. parce qu’elle les aimait, les élèves. C’était cela la menace: perdre son amour. Beaucoup venaient la voir après les cours, sous un prétexte ou un autre. Pour te dire la force de la bonne femme, elle avait convoqué un petit racketteur qui, on ne sait comment, lui a livré toute sa bande en une heure. Voilà la femme.

– Tranchante, hein?

– tu repenses à ta guillotine? »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *