romanesque de tonino benacquista

Les préludes de la lecture : Ouvrage que j’ai reçu grâce à Babelio et à Gallimard un grand grand merci pour cet envoi.

Résumé : Une couple en cavale prend un risque en se rendant au théâtre pour assister à une pièce racontant une étrange histoire d’amour du Moyen-Age entre un braconnier et une glaneuse, bousculant les mœurs de l’époque en s’oubliant l’un dans l’autre. On se retrouve alors projeter entre la pièce de théâtre du Moyen-Age, une époque moins lointaine et le présent avec au centre du monde, ce couple de Français.

Le mot de la fin : Je retrouve avec plaisir la plume de Benacquista. Je trouve que cet auteur est un génie pour aborder d’importants sujets de façon douce, pertinente et percutante. A travers les différentes époques qu’il présente, Benacquista apporte une réelle critique et réflexion de notre société par rapport à la religion, au pouvoir, à la nature, à l’amour, aux autres et à nous-même. Mais dans ce livre Benacquista rend aussi un bel hommage à la littérature par une magnifique structure du récit, une analyse du théâtre, du jeu des acteurs, de la construction d’un mythe, de la transmission des récits oraux. Et pour couronner le tout, une belle histoire d’amour que tout le monde souhaiterait impossible. Une très belle œuvre qui tient en haleine et se lit rapidement même s’il y a un léger essoufflement sur la fin, les twists d’époque sont bien menés et la conclusion n’aurait pas pu être une autre, elle est d’une justesse parfaite.

Extrait :

« ah la belle invention que le couple, s’aliéner à un autre, absorber son rayonnement comme le Terre le Soleil, se laisser envahir par sa présence, unique, persistante, lourde, ineffaçable, jusqu’à ce point de dégoût ou seule la haine, sosie elle-même de la passion, saura remplir les cœurs parfois jusqu’à l’extase ; ô  haine jouissive, seul baume assez puissant pour apaiser la douleur de l’échec. »

« Quiconque a été touché par l’affaire des amants s’empresse de la partager avec une personne choisie, ô combien choisie, pudique façon de lui envoyer un message romantique, de lui suggérer l’idée qu’ils auraient pu être ces deux-là, rêve à jamais inassouvi de vivre un contre moral et immoral à la fois, un rappel de ce qu’aurait été l’amour il y a longtemps, avant les inextricables malentendus qu’il suscite aujourd’hui, avant qu’on ne l’épuise de rhétorique, avant que la crainte de l’engagement ne le paralyse, avant qu’on ne le réduise à des statistique, qu’on ne calcule ses probabilités, qu’on optimise ses hasards, qu’on ne pourfende ses idéaux qu’on ne commente ses limites. Avant que pragmatisme, réalisme, empirisme, rationalisme ne lui fasse,t front commun, avant que la peur de souffrir ne fasse souffrir, avant qu’on ne lui préfère une solitude garantie tous risques. La force de cet amour-là n’a pas besoin de discours, de sociologie, d’analyses conceptuelle: il s’est rebellé, il a pris le maquis, il a mordu un système entier, griffé un pouvoir en place, piétiné une autorité. Et tant qu’ils sont en cavale, on souhaite aux fugitifs un destin hors du commun, sauvage, et jamais révélé. « 

Pour trouver ce livre, allez chez votre libraire indépendant. Pour savoir s’il le possède c’est par ici http://www.placedeslibraires.fr/