Rencontre avec Rosa Montero à la librairie Vivement dimanche

Je le confesse, je n’avais jamais lu d’ouvrages de Rosa Montero. Quand j’ai vu qu’il y avait cette rencontre, je suis allée lire un peu les critiques, les avis et les résumés de ses livres. J’ai tout de suite été frappée par l’hétérogénéité de ses publications. Très intriguée j’ai alors décidé de m’y rendre.

Il y avait la libraire Maya, une comédienne qui lisait des extraits, Rosa évidemment et un traducteur.Elle était venue spécialement de Madrid pour présenter son nouvel ouvrage, La chair, qui traite d’une femme de soixante ans qui perd son amant et décide de donner le change en embauchant un gigolo.

Le sujet a permis d’échanger avec elle autour de la jeunesse qui, pour elle, correspond à pouvoir se lever un matin et tout recommencer à zéro. Sauf qu’en grandissant, il arrive nous arrivons à des paliers où on ne peut tout simplement pas vider le sac de pierres que l’on a sur le dos avec des pierres de plus en plus grosses.

Tout son discours était très métaphorique et plein de poésie. Elle s’intéresse à des thèmes très existentialistes, la mort, la peur, la maladie, le temps qui passe, mais aussi la peur de la folie et de l’exclusion sociale. Comme ça, cela n’a pas l’air très joyeux, pourtant tout cela est fait avec énormément d’humour et un fonds de véritable optimisme. Par exemple, l’héroïne de son ouvrage s’appelle Soledade Allegre si l’on traduit cela nous donne , solitude gaie. Pour elle, l’humour est un moyen de trouver la vérité.

C’est une personne pleine de gratitude qui remerciait tout le monde, son traducteur, la traductrice de ses livres, ses lecteurs tout le monde.

Enfin elle a eu un discours extrêmement touchant sur les écrivains maudits, et sur les écrivains en général, disant que les écrivains avaient souvent connus une douleur dans leur enfance et que c’est parce qu’ils sont très conscients de la mort qu’ils sont aussi très conscients de la vie, ils avaient subis “une blessure devenue lumière”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *