Les préludes de la lecture : Livre sur lequel je suis tombée par hasard dans une friperie. Le titre et la couverture m’ont attirée et le fait que ce soit de la littérature italienne ne doit pas non plus y être pour rien 😉

Résumé : Novecento est né dans un bateau plus précisément sur le piano du navire. Il sera ensuite élevé dans ce même lieu et passera toute sa vie à jouer la musique de l’océan.

Le mot de la fin : J’ai été littéralement transportée par ce livre je le trouve d’une poésie et d’une délicatesse extrêmes. La douceur et en même temps l’humour qui sortent des lignes nous bercent comme si nous étions sur le bateau. La lecture a été tellement prenante, que sans même savoir qu’il y avait des didascalies comme dans une pièce de théâtre je me suis surprise à lire ce livre à voix haute. C’est la première fois que ça m’arrive en dehors de la poésie, je pense que ce n’est pas par hasard. Ce livre touche, il parle aux sens comme de la poésie. Un magnifique petit coup de cœur

Extrait :   » Tu pourrais te dire qu’il était fou. mais ce n’était pas si simple. Quand un type te raconte avec précision absolue quelle odeur il y a sur Bertham Street, l’été, quand la pluie vient juste de s’arrêter, tu ne peux pas te dire qu’il est fou pour la seule et stupide raison qu’il n’est jamais allé sur Bertham Street. (…) Le monde, il ne l’avait peut-être jamais vu. mais ça faisait vingt-sept ans que le monde y passait, sur ce bateau: et ça faisait vingt-sept ans que Novecento, sur ce bateau, le guettait. Et lui volait son âme. « 

Pour trouver ce livre, allez chez votre libraire indépendant. Pour savoir s’il le possède c’est par ici http://www.placedeslibraires.fr/