Loin de la foule déchaînée ; Thomas Hardy

Les préludes de la lecture : Tess d’Uberville est définitivement un de mes livres préférés, Hardy m’avait tout simplement happée et ralliée définitivement à lui. Loin de la foule déchaînée était l’ouvrage du club de lecture du mois d’août, ça tombe bien, il était dans ma PAL!

Résumé : Loin de la foule déchaînée est un roman profondément sociétale en critique contre la société anglaise de l’époque, sujet si cher à Thomas Hardy. On y suit quelques courtes mais riches années, de la jeune Bethsheba Everdene. Cette jeune femme, parvient à s’émanciper de la société par l’héritage d’une exploitation qu’elle mène sans doute mieux qu’un homme. Mais entre ces trois prétendants, son cœur balance et sa vie bascule…

Le mot de la fin : le personnage de Bethsheba m’irrite par son côté vaniteux et parfois enfantin, mais en même temps je l’admire par sa force de caractère, son émancipation et sa confiance. J’aime, je sens, cette dualité qui lui ronge les tripes entre le dévouement le plus total qui coupe les ailes à l’indépendance et la force vitale de se réaliser seule. L’identification au personnage par sa peur de cette faiblesse qui n’est peut-être que finalement une force est perturbante. Evidemment, j’admire Gabriel, sage de l’histoire, l’opposé de notre jeune sauvage. Comme à son habitude, le style de Hardy, ses détails et descriptions m’enchantent et je repousse la fin de ma lecture.

Je m’étais demandé après la lecture de Tess, ce qu’Hardy avait contre les femmes, mais finalement on est aussi en mesure de se demander ce qu’il avait contre les hommes. Il est peut-être un des auteurs les plus féministes qu’il m’ait été donné de lire.

Petit bémol pour la fin, mais je ne voudrais pas spoiler votre lecture, disons qu’après nous avoir tenu en haleine et empêche de dormir avec les rebondissements incessants sur les 100 dernières pages, la fin aurait pu être plus dramatique… (Côté obscure sort de mon corps de lectrice :)) faut dire qu’après Tess, je le trouve très clément avec Bethsheba.

Extrait : « -eh bien! Maintenant, vous avez une maîtresse au lieu d’un maître. Je ne connais pas encore mes moyens mais je ferai de mon mieux et, si vous servez mes intérêts, je servirai les vôtres. Que ceux d’entre vous qui seraient peu honnêtes – et j’espère qu’il ne s’en trouve pas ici – que ceux-là ne s’imaginent pas qu’une femme ne sait distinguer les mauvaises actions des bonnes…

(…)

– Je serai debout avant que nous ne soyez éveillés, je serai aux champs avant que nous ne soyez levés, et j’aurai déjeuné avant que vous ne soyez aux champs. En un mot, je vous étonnerai tous. »

Pour trouver ce livre, allez chez votre libraire indépendant. Pour savoir s’il le possède c’est par ici http://www.placedeslibraires.fr/