Les préludes de la lecture : Ma librairie de quartier avait organisé une rencontre avec l’auteur. Je me suis alors penchée sur ses différents livres comme je vous l’avais expliqué déjà dans un article. L’auteure est très inspirée et écrit sur moult sujets. Je ne sais pas pourquoi mais celui-là m’a plus attirée que les autres…

Résumé : Rosa Montero se voit proposer d’écrire une sorte de biographie de Marie Curie plus précisément sur ces écrits après le décès de Pierre Curie. Elle en fait un parallèle avec la perte de son époux Pablo, une façon de faire son deuil.

Le mot de la fin : J’avais peur de l’émotion trop intense qui pouvait ressortir de ce sujet. Je suis une véritable éponge, vraiment très sensible et des sujets comme celui-ci peuvent vraiment me faire du mal. Je ne me serai jamais tournée vers un livre comme ça, mais ma rencontre avec l’auteur et la découverte de son humour m’ont poussée à lire ce livre. Elle n’est pas du tout dans le pathos. Eh bien… j’ai eu raison! le livre est riche, riche en culture, sur Marie Curie évidemment, mais pas que. Je me suis surprise plusieurs fois à aller chercher sur internet, dans des livres, sur des auteurs, des poètes, etc… qu’elle cite dans son livre, sur des faits de l’époque du sujet de son roman également. Il y avait encore ses mots très justes, qu’elle sait placer, ses métaphores, son optimisme et son humour. Une très magnifique lecture que je conseille à tout le monde et qui, peut-être, va me faire me tourner vers le genre littéraire de la biographie, vers laquelle je n’ai jamais été attirée. Si c’est aussi bien fait que là, alors peut-être que je rate quelque chose. Merci Rosa Montero.

Extrait :   » La douleur véritable est indicible. Si vous pouvez parler de ce qui vous angoisse, vous avez de la chance: ça veut dire que ce n’est pas si important. Parce que, quand la douleur s’abat sur vous sans palliatifs, ce qu’elle vous arrache en premier c’est les #Mots. Il est probable que vous reconnaissez ce que je dis: vous l’avez peut-être vécu, car la souffrance est une chose très commune dans toutes les vies (comme la joie). je parle de cette douleur qui est tellement grande qu’elle ne semble même pas naître à l’intérieur de vous, c’est plutôt comme si vous aviez été enseveli par une avalanche. Voilà comment vous vous trouvez. tellement enterré sous des tonnes de tristesse rocheuse que vous ne pouvez même pas parler. Vous êtes sûr et certain que personne ne va vous entendre.  « 

Pour trouver ce livre, allez chez votre libraire indépendant. Pour savoir s’il le possède c’est par ici http://www.placedeslibraires.fr/