Les vilains petits canards de Boris Cyrulnik

J’avais depuis longtemps ce livre dans ma PAL mais je traînais à le lire temps j’avais peur qu’il me rappelle de mauvais souvenirs. Une discussion un peu personnelle avec une collègue qui s’apprêtait à lire le dernier livre de Boris Cyrulnik m’a incité à le sortir de ma PAL. 

On constate qu’un certain nombre d’enfants traumatisés résistent aux épreuves, et parfois même les utilisent pour devenir encore plus humains. Où puisent-ils leurs ressources ? Par quel mystère parviennent-ils à métamorphoser leur meurtrissure en force ? Comment réapprennent-ils à vivre après une épreuve ? Maria Callas, Barbara, Georges Brassens… Ces cas de résilience sont célèbres. Boris Cyrulnik décrit ici ce que pourrait être chacun d’entre nous. Cette nouvelle attitude face aux épreuves de l’existence nous invite à considérer le traumatisme comme un défi.

Les sujets abordés ne sont effectivement pas toujours très faciles. Je pensais l’écriture plus difficile qu’elle ne l’était . Les sujets sont vastes et servent parfaitement la démonstration de l’auteur pour expliquer le processus de résilience et les facteurs qui l’entraînent avec en première place une rencontre signifiante qui redonne espoir et fait comprendre que les relations humaines en valent la peine. Une lecture riche, parfois dure, définitivement intéressante. 

 » La métaphore du tricot de la résilience permet de donner une image du processus de la reconstruction de soi. Mais il faut être clair: il n’y a pas de réversibilité possible après un trauma, il y a une contrainte à la métamorphose. « 

 » La vie est trop riche pour se réduire à un seul discours. Il faut l’écrire comme un livre ou la chanter comme Brassens qui à cause de sa propre histoire, a compris qu’un tout petit signe suffit à transformer un vilain petit canard en cygne :
« Elle est à toi cette chanson,
Toi l’Auvergnat qui sans façon,
M’a donné quatre bouts de pain 
Quand ma vie il faisait faim »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.