Le seigneur des anneaux ; les deux tours, J.R.R Tolkien

J’avais lu « la communauté de l’anneau » en 2015, je voulais trouver une belle et ancienne édition intégrale, mais n’y suis pas parvenue, je me suis donc résignée à les acheter en poche pour lire la suite malgré tout.

 

Frodon le Hobbit et ses Compagnons se sont engagés, au Grand Conseil d’Elrond, à détruire l’Anneau de Puissance dont Sauron de Mordor cherche à s’emparer pour asservir tous les peuples de la terre habitée : Elfes et Nains, Hommes et Hobbits.

 

Dans ce tome, le temps de l’insouciance et de l’aventure est définitivement terminé, on assiste au grand retour de Gandalf devenu Gandalf le blanc bien qu’il continue à porter ses habits gris.

La guerre des Ents et tout ce qui tourne autour m’ont particulièrement fasciné et je relis ces passages avec beaucoup de magies. Le personnage de Faramir apparait également, j’ai une véritable affection pour lui, pour son histoire, pour ce qu’il est et pour ce qu’il va devenir. Son personnage est résolument différent entre le livre et le film puisque dans le livre il aide les Hobbits en les avertissant notamment des dangers de l’araignée, ce qui n’est pas du tout le cas dans le film, certaines scènes ayant même été déplacées dans le troisième opus. Une lecture résolument plaisir. J’ai retrouvé l’univers de Tolkien avec passion et je continue de ce pas avec le troisième et dernier tome de cette trilogie.

 

« Naturellement, il est assez probable, mes amis, dit-il avec lenteur, assez probable que nous allions à notre propre fin : la dernière marche des Ents. Mais si nous restions chez nous sans rien faire, notre fin nous trouverait de toute façon, tôt ou tard. Cette pensée s’est longtemps développée dans nos cœurs ; et c’est pourquoi nous marchons maintenant. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.