Les aventures de Tom Sawyer de Mark Twain

Une amie m’a offert un livre sur les 100 ouvrages à lire absolument. Ce classique de la littérature jeunesse en faisait partie.

 

Pour Tom Sawyer, il y a des choses vraiment plus importantes que l’école! Aller à la pêche, par exemple, se battre avec les nouveaux venus au village ou, plus important encore, retrouver son grand ami Huckleberry, qui mène une vie de bohème à l’image de son vagabond de père… Mais à force de se prendre pour des bandits et de faire des expériences de sorcellerie à la nuit tombée, Tom et Huck vont être mêlés à un véritable crime, avec de vrais assassins et un authentique trésor… Un chef-d’œuvre de la littérature américaine.

Mark Twain nous avertit: « La plupart des aventures relatées dans ce livre sont vécues. » En effet, Tom Sawyer, chenapan de stature internationale, lui fut inspiré par deux ou trois de ses camarades et Huckleberry Finn est « décrit d’après nature ». Plus intéressés par l’aventure que par l’école, les deux garçons jouent aux brigands et aux sorciers. Jusqu’au jour où ils se retrouvent embarqués dans une véritable affaire criminelle…

Tom Sawyer est un garçon chez qui l’amour du jeu l’emporte sur tout autre sentiment. Sa famille éplorée le cherche-t-elle partout? Il joue au pirate et il ne rentrera que pour assister à son propre service funèbre. Le punit-on? Il transformera la corvée en jeu et la fera exécuter par ses camarades. Son cerveau infatigable s’envole hors de la réalité, entraînant le lecteur vers toutes sortes d’aventures inattendues.

 

Je connaissais déjà certaines des aventures que j’avais vues à la télévision étant petite et qui étaient assez fidèles, enfin dans mon souvenir d’il y a fort longtemps 😉

Ce récit en partie autobiographique, nous présente un garçon fort attachant, avec une témérité et un aplomb attendrissant.
L’intérêt de l’ouvrage réside dans l’apparente superficialité de son ouvrage qui pourtant est corrosif en dénonciation d’une époque sociétale, pré guerre de sécession, où la pseudo morale règne en maitre ou les pratiques d’éducations feraient bondir Françoise Dolto.

Sous couvert de l’humour, Mark Twain dénonce également les grandes composantes de la société. C’est également un récit initiatique dans lequel on peut concrètement voir la maturité et l’immaturité des personnages.


Un petit bémol toutefois est que l’ouvrage est à mon sens difficilement conseillable à un enfant de notre société, et s’approche plus pour moi d’une lecture d’adulte qui aura plus de recul et de réflexion.

« L’Ordre des Cadets de la Tempérance avait un uniforme et des insignes si magnifiques que Tom résolut d’y entrer. Il dut promettre de s’abstenir de fumer, de boire, de mâcher de la gomme et de jurer. Il fit alors cette découverte : que promettre de ne pas faire une chose est le plus sûr moyen au monde pour avoir envie de la faire. « 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.