Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry

Les préludes de la lecture : J’allais sur mes 25 ans et je ne l’avais toujours pas lu.

Résumé : Le Petit Prince est un petit bonhomme qui pose plein de questions, n’en oublie jamais une tant qu’on ne lui a pas répondu, mais répond rarement à celles qu’on lui pose. Ce petit être rencontre un aviateur, le narrateur, et lui demande de lui dessiner un mouton. A la suite de cette requête, le narrateur en apprend plus sur ce prince de la planète B 612. Ce dernier y a laissé sa rose, ses trois volcans et les graines de baobab. Il visite plusieurs planètes et rencontre des grandes personnes, toutes bizarres, pour enfin arriver sur Terre. C’est après avoir apprivoisé un renard qu’il se rend compte de l’importance de ce qu’il a laissé, qu’il décide de retourner sur sa planète. C’est un serpent venimeux qui lui permet de se libérer de son « Ecorce » pour retrouver sa planète et rire au milieu des étoiles.

Le mot de la fin : Un conte que je ne regrette pas d’avoir lu à 25 ans. Les différentes métaphores et allégories sur la nature humaine sont percutantes. J’ai envie de le relire car je suis sûre que chaque lecture apporte un angle nouveau à cet ouvrage profondément riche.

Extrait : « – On ne connaît que les choses que l’on apprivoise, dit le renard. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !

– Que faut-il faire ? dit le petit prince.

– Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près…

Le lendemain revint le petit prince.

· Il eût mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l’après-midi, dès trois heures je commencerai d’être heureux. Plus l’heure avancera, plus je me sentirai heureux. À quatre heures, déjà, je m’agiterai et m’inquiéterai; je découvrirai le prix du bonheur! Mais si tu viens n’importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m’habiller le cœur… Il faut des rites.

– Qu’est-ce qu’un rite ? dit le petit prince.

– C’est aussi quelque chose de trop oublié, dit le renard. C’est ce qui fait qu’un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures. Il y a un rite, par exemple, chez mes chasseurs. Ils dansent le jeudi avec les filles du village. Alors le jeudi est jour merveilleux ! je vais me promener jusqu’à la vigne. Si les chasseurs dansaient n’importe quand, les jours se ressembleraient tous, et je n’aurais point de vacances.

Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche : – Ah! dit le renard… je pleurerai. »

Pour trouver ce livre, allez chez votre libraire indépendant. Pour savoir s’il le possède c’est par ici http://www.placedeslibraires.fr/