Le nouveau nom d’Elena Ferrante

Après avoir été absorbée par le premier volet de cette saga L’amie prodigieuse, je me suis ruée sur le second volume.

Ce deuxième livre de la tétralogie napolitaine poursuit après le mariage de Lila et de Stefano. Elle découvre alors la trahison de son mari et les obligations de la vie conjugale. Elena quant à elle, poursuit ses brillantes études et continue d’aimer Nino en secret. Entre ruptures, retrouvailles et trahisons nous sommes une nouvelle fois happés par l’histoire de ces deux jeunes italiennes.

Les sujets sociétaux sont, à nouveau, très importants au milieu de cette saga fictionnelle intime. Le déterminisme social, l’importance de l’éducation et la réalité maritale sont mis à l’honneur dans ce roman ayant trait à la construction et à la fin de l’adolescence.

Le féminisme est également très fort, en dépit de ce que subissent les femmes, elles sont fortes et indépendantes et ont soif de liberté.

Il ne me reste plus qu’à enchaîner avec le troisième 🙂

« L’amour, dans mon cas, n’est pas indispensable au plaisir, et pas même l’estime. Était-il donc possible que le dégoût et l’humiliation commencent après, quand un homme te plie et te prend quand bon lui semble pour la simple raison que désormais tu lui appartiens, amour ou pas, estime ou pas ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *