Le charme discret de l’intestin de Giulia Enders

J’étais d’abord sceptique à cause du tapage médiatique qu’il y a eu autours de ce livre pour finalement m’être laissé convaincre entre deux gros pavés, afin d’alléger un peu mes lectures.

Giulia Enders, jeune doctorante et nouvelle star allemande de la médecine, rend ici compte des dernières découvertes sur un organe sous-estimé. Elle explique le rôle que jouent notre “deuxième cerveau” et son microbiote (l’ensemble des organismes l’habitant) dans des problèmes tels que le surpoids, la dépression, la maladie de Parkinson, les allergies…
Illustré avec beaucoup d’humour par la sœur de l’auteur, cet essai fait l’éloge d’un organe relégué dans le coin tabou de notre conscience. Avec enthousiasme, Giulia Enders invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments et à appliquer quelques règles très concrètes pour faire du bien à son ventre.

L’auteur écrit avec beaucoup d’humour et parvient à vulgariser le jargon médical pour rendre abordable et intriguant notre cher intestin. On apprend plusieurs astuces pour soulager nos maux du quotidien et comprendre ce qu’il se passe dans notre intérieur. Malgré l’attrait de ce livre on fini tout de même par se lasser un peu de l’enthousiasme et de l’humour parfois excessif et redondant de l’auteur.

« Les éponges de cuisine sont chaudes, humides, et pleines de délicieuses bonnes choses à manger – le paradis pour n’importe quel microbe qui passerait par là. Si je vous montrais à quoi ressemble une éponge vue au microscope… Même mise en garde pour les torchons toujours humides. En général, ils ont plus pour effet de répartir uniformément les bactéries que de sécher la vaisselle. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.