L’art de la joie de Goliarda Sapienza

L’art de la joie de Goliarda Sapienza

C’est un collègue et ami qui m’a conseillé la lecture de ce livre, L’art de la joie de Goliarda Sapienza, alors que je lui racontais la complexité et la différence de culture que je ressent entre moi et ma famille sicilienne, (je suis la première génération née hors de l’île), la première femme de la famille à faire des études, à ne pas faire la cuisine, athée et tutti quanti comme on dit chez moi.

Bien alors… passé la nausée des premières pages auxquelles je ne m’attendais pas (mon ami si tu passes ici je te blâme pour ne pas m’avoir prévenue!) j’ai tout de suite basculée dans une semaine de lecture intense et sans relâche.
Le style est déroutant au debut car la narration est tout d’abord insaisissable par sa confusion juvénile et inéduquée et se poursuit ensuite dans un style très hétérogène. Sapienza mixe le style poétique, romantique, journal intime, théâtrale, érotique, historique etc.

C’est avant tout un roman de femmes et féministe, Modesta dont juste le prénom soulève l’esprit et l’ironie de l’auteur est un modèle d’émancipation de la femme, d’une jeune fille pauvre avec une mère qui n’en porte que le nom, une sœur folle et un père incestueux, en passant par le couvent et les conventions religieuses elle s’érige littéralement par sa curiosité et sa volonté de vivre tout simplement et de se battre, au rang de princesse.
J’aime la critique de l’auteure à tous les niveaux sur la société italienne de l’époque mais aussi notre société aujourd’hui, qui prône la libération de la femme mais bon pas trop non plus.

Je reconnais les dogmes insulaires entre hommes et femmes ainsi que la pression de la religion. Elle permet de traverser l’Histoire tout en présentant des personnages marquants dont on mesure l’importance aujourd’hui. Tous les sujets y sont abordés jusqu’à la méconnaissance de la trisomie, l’avortement ou encore l’éducation Montessori.


J’émets une réserve tout de même car elle m’a peu à peu perdue dans ses histoires romantiques et érotiques que j’ai complètement décrochée avec Jo. Je retiens tout de même une grande irrégularité entre l’intensité et la richesse du debut et les digressions romanesques un peu trop importantes à mon gout.

L’art de la joie de Goliarda Sapienza et un roman fascinant et important de l’histoire italienne et plus particulièrement sicilienne, il fait peur par son actualité malgré la passation d’un siècle, une écriture particulière et prenante que je suis contente d’avoir lu même si certains aspects font défaut.

Pour terminer je suis amoureux d’une photo de l’auteure que je vous laisse découvrir sur mon compte instagram -> ici

« Dans la conscience d’être différents, il y a aussi de la joie (…) si on sait la dénicher »

L’art de la joie de Goliarda Sapienza

« je te l’ai dit et je te le répète: je veux être independent des hommes (…) et faites attention, parce que, si vous continuez comme ça, quand les gemmes s’apercevront de la façon dont vous, hommes de gauche, souriez avec une suffisance paternaliste à leurs discours, quand ton Amalia se rendra compte qu’elle n’est pas écoutée et qu’elle fait un double travail en s’épuisant devant les fourneaux et au laboratoire – pourquoi ne me parles-tu jamais du travail d’Amalia, hein? pourquoi est-ce qu’il me faut simplement entendre comme elle est douce, gentille ou jalouse? – Quand elles s’en rendront compte, leur vengeance sera terrible »

L’art de la joie de Goliarda Sapienza

 » j’appris à lire les livres d’une autre façon. Au fur et à mesure que je rencontrais certains mots, certains adjectifs, je les sortais de leur contexte et les analysais pour voir s’ils pouvaient être employés dans « mon » contexte. Dans cette première tentative d’identifier le mensonge caché derrière des mots qui avaient, y compris sur moi, un pouvoir de suggestion, je m’aperçus de combien d’entre eux et donc de combien de fausses idées j’avais été victimes. Et ma haine grandit jour après jour: la haine de se découvrir trompé. »

L’art de la joie de Goliarda Sapienza

 » la revolution par les contes! c’est beau, pourtant. »

L’art de la joie de Goliarda Sapienza

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.