Lâchez-nous les abdos de Gilles Bacigalupo

J’ai reçu cet ouvrage dans le cadre d’une masse critique proposée par Babelio, merci à la plateforme et aux éditions du Rocher pour ce partage.

Scolioses, torticolis, lumbagos, arthrose… Gilles Bacigalupo, comme il l’a fait dans son précédent livre Mal de dos, mal de bouffe, poursuit ici sa démonstration sur le lien indéniable entre l’alimentation et les troubles musculo-squelettiques.
Soyons clairs : le titre de ce livre se veut volontairement provocateur. Son propos n’est évidemment pas de brocarder l’activité sportive. Il vise, en revanche, à expliquer, de la manière la plus scientifique possible, qu’il est presque toujours illusoire de vouloir guérir une faiblesse musculaire par de la musculation. Car, dans la majorité des cas, cette faiblesse n’est pas provoquée par l’inactivité et la sédentarité, mais résulte d’une contracture chronique du muscle, que des exercices physiques seuls ne pourront pas éradiquer et qu’ils pourront même aggraver.
Notre musculature est le reflet de notre santé. Celle-ci dépend essentiellement de notre comportement au quotidien, et particulièrement de notre hygiène alimentaire. La seule arme que nous possédons contre la contracture, c’est donc notre fourchette ! affirme Gilles Bacigalupo. C’est par une alimentation saine, consciencieusement mastiquée et parfaitement assimilée que nous débarrasserons notre organisme des mauvaises graisses responsables de nos contractures musculaires. Nous redécouvrirons alors le plaisir et le bonheur de jouir d’un corps décontracté en pleine santé.

Très motivée par le sujet qui m’intéresse fortement et qui semblait correspondre à ma vision, j’ai pourtant été très déçue par cette lecture. Ceci est très étonnant car je suis très investie dans la cause bio, écolo et contre l’industrie alimentaire depuis de nombreuses années j’étais donc la cible parfaite pour cet ouvrage.
Malheureusement l’auteur fait preuve de trop de provocations qu’il revendique, donc si c’est ce que l’on recherche il annonce tout de suite le ton de l’ouvrage. Il porte des jugements importants et qui personnellement m’ont choqué sans tenir compte des sensibilités et des possibilités de chacun comme par exemple sur le sujet de l’allaitement. Ses arguments « scientifiques » ne m’ont pas convaincu et ses renvois incessants à son dernier ouvrage sont lassants.
Toutefois, si vous avez lu son premier ouvrage et que le style de cet auteur vous parait plaisant et convainquant alors je présume que vous pouvez lire celui-ci qui semble un complement.

 

L’auteur a réagi à mon avis, et comme il est important pour moi que tout soit transparent voici son retour:

Je suis l’auteur de ce livre.
Désolé si vous y avez trouvé trop de provocations, mais la malbouffe m’exaspère tant ! Elle met ses victimes en situation de douleurs et de mauvaise santé. Le coût sanitaire est gigantesque !
Quant à mes arguments scientifiques, ils sont tous simples, vérifiables et reproductibles, vous n’avez pas besoin de vous en convaincre.
Les conséquences de l’alimentation du bébé par biberon sont telles qu’il faut les énoncer sans fioritures. Mais lorsque l’alimentation par la mère est techniquement impossible, elle ne doit pas se culpabiliser. J’aurais dû le préciser dans le livre.
Les rappels à mon livre précédent n’ont qu’un seul but, alléger le propos et éviter les répétitions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.