La tresse de Laetitia Colombani

C’est lors d’une fouille dans une boite à livre en Italie que j’ai trouvé ce livre dont j’avais tant entendu parler sur les réseaux et qui avait de ce fait pas retenu mon intérêt, mais comme il était là, en Français alors qu’on était en Italie je me suis dit que c’était un signe :).

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

J’ai fini de démêler mèches par mèches cette courte histoire de femmes. Des femmes se battant pour leur place, pour elles et pour les autres femmes. J’ai aimé ce livre, sa construction son originalité dans la structure et sur le thème. La branche indienne m’a profondement touchée dans sa lutte maternelle, la branche canadienne un peu moins car je suis suis moins sensible à cette atmosphère capitaliste on dirait un épisode de la série Suit. Je regrette un peu le nombre de pages que j’aurais aimé voir plus long, je voulais en savoir plus, savoir la suite. Cette frustration est un bon signe non? Même si elle est là 🙂

 

« Smita voudrait tant dire : réjouis-toi, tu n’auras pas ma vie, tu seras en bonne santé, tu ne tousseras pas comme moi, tu vivras mieux, et plus longtemps, tu seras respectée. Tu n’auras pas sur toit cette odeur infâme, ce parfum indélébile et maudit, tu seras digne. Personne ne te jettera des restes comme à un chien. Tu ne baisseras plus jamais la tête, ni les yeux. Smita aimerait tant lui dire tout ça. Mais elle ne sait comment s’exprimer, comment dire à sa fille ses espoirs, ses rêves un peu fous, ce papillon qui bat dans son ventre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.