Cité du livre Aix-en-Provence
Cité du livre Aix-en-Provence

Les préludes de la lecture : Je l’avais lu en 1ère et puis plus récemment une amie en parlait sur Facebook et j’ai eu envie de le relire.

Résumé : « Ce matin maman est morte », cette première phase emblématique du roman pourrait résumer à elle seule tout le livre. Meursault perd donc sa mère qui était internée dans une maison. Les gens attendent de lui un certain comportement, des larmes notamment. Meursault ne simule pas, il ne ressent pas le chagrin. Il reprend ensuite le cours de sa vie, rencontre Marie et fait la connaissance de son brutal voisin, Raymond. Un jour, il se rend à la plage et croise des Arabes avec qui Raymond a des conflits, une bagarre éclate. Plus tard, Meursault accablé par la chaleur du soleil tue un des arabes qu’il vient de recroiser. La dernière partie du livre porte sur son emprisonnement et son procès.

Le mot de la fin : Ce roman est perturbant, à cause des sujets qu’il traite mais aussi du style narratif. Le « je », nous oblige à nous identifier à Meursault. C’est dérangeant de s’identifier à un personnage que l’on ne comprend pas. Mais dans mes lectures j’aime être bousculée, ça pousse à approfondir les sujets, réfléchir et partager. La réflexion de l’auteur sur la mort et l’absence de réaction m’a également fait penser à l’ouvrage « Chaos Calme » de Sandro Veronesi.

Extrait : « Le soir, Marie est venue me chercher et m'a demandé si je voulais me marier avec elle. J'ai dit que cela m'était égal et que nous pourrions le faire si elle le voulait. Elle a voulu savoir alors si je l'aimais. J'ai répondu comme je l'avais déjà fait une fois, que cela ne signifiait rien mais que sans doute je ne l'aimais pas. "Pourquoi m'épouser alors?" a-t-elle dit. Je lui ai expliqué que cela n'avait aucune importance et que si elle le désirait, nous pouvions nous marier. D'ailleurs, c'était elle qui le demandait et moi je me contentais de dire oui. Elle a observé alors que le mariage était une chose grave. J'ai répondu : "Non". Elle s'est tue un moment et elle m'a regardé en silence. Puis elle a parlé. Elle voulait simplement savoir si j'aurais accepté la même proposition venant d'une autre femme, à qui je serais attaché de la même façon. J'ai dit: "Naturellement."

Elle s'est demandé alors si elle m'aimait et moi, je ne pouvais rien savoir sur ce point.

Après un autre moment de silence, elle a murmuré que j'étais bizarre, qu'elle m'aimait sans doute à cause de cela mais que peut-être un jour je la dégoûterais pour les mêmes raisons. Comme je me taisais, n'ayant rien à ajouter, elle m'a pris le bras en souriant et elle a déclaré qu'elle voulait se marier avec moi. J'ai répondu que nous le ferions dès qu'elle le voudrait.»

Pour trouver ce livre, allez chez votre libraire indépendant. Pour savoir s'il le possède c'est par ici http://www.placedeslibraires.fr/