Capharnaüm de Lewis Trondheim

Mon mari est fan de l’auteur, je lui avais donc offert cet ouvrage lors de sa sortie.

Willard Watte est un héros hors du commun, Martin Mollin est un libraire pas très malin. Rien, jusqu’ici, ne les prédisposait à se rencontrer. Sauf, peut-être, une bande dessinée. En effet, Willard n’est pas un justicier comme les autres. Accompagné de sa fine équipe d’experts, il combat le crime et ses aventures sont reproduites et publiées sous forme de feuilletons dessinés. Vengeur cagoulé, sa véritable identité reste mystérieuse et les extrapolations fantaisistes à son sujet vont bon train. A la suite d’une bagarre sur son lieu de travail à laquelle il a assisté, Martin est amené à la base secrète de Willard pour y être interrogé. C’est bien malgré lui qu’il va devenir l’un des protagonistes d’une enquête de son personnage de BD préféré. A l’instar de Gotham City, Capharnaüm est le décor de l’intrigue où le super-vilain Gashinga sème désordre et zizanie.

J’ai été un peu gênée par les coupures dans l’oeuvre et ai eu un véritable sentiment d’inachevé. J’ai eu comme l’impression de lire un cadavre exquis géant. Ca marche mais c’est étrange. L’histoire cependant avec cette magnifique mise en abime est très bien pensée et on en aurait voulu plus. Dommage que l’auteur ne soit pas allé au bout de son idée originale d’écrire un récit à 1000 pages mais il nous offre au moins celles-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.