Amours exilées de Godofredo de Oliveira Neto

Les préludes de la lecture : Ouvrage reçu lors d’une opération masse critique de Babelio j’en profite pour remercier le site et les éditions Envolume pour ce partage.

Résumé : Fàbio et Lazaro sont tous deux réfugiés à Paris. Ils ont fui leur Brésil natal après avoir subi un triste sort de révolutionnaires. Ils continuent leur participation à l’ASL et leurs relations ambiguës avec une femme, Muriel. Mais les engagements, révolutionnaires ou sentimentaux ne sont pas faciles à gérer.

Le mot de la fin : L’histoire semblait prometteuse, j’espérais en apprendre plus sur la dictature militaire Brésilienne. Mais je n’ai pas du tout accroché au style d’écriture, les personnages, les relations ne sont pas suffisamment approfondies. L’Histoire non plus, sauf le personnage de Fabio qui était le mieux dépeint le reste n’a pas vraiment de sens et on peine à comprendre, s’identifier ou s’attacher. Le traitement de la femme n’était pas non plus à mon goût, un mélange entre l’apologie de leur émancipation et l’assimilation de cela à des comportements critiquables.

Extrait : « – Les militants devaient prendre conscience du climat de la répression. Ils ne devaient pas oublier que des camarades étaient arrêtés, torturés, assassinés ? Ceux qui n’acceptaient plus les règles de l’ASL devaient le dire franchement. Certains, par exemple, aient vécu des expériences traumatisantes – comme les deux opérations de braquage de banque, où il y avait eu des morts. Ceux-là devaient réfléchir. Si, en raison de la forte pression psychologique, ils désiraient se retirer, tout le monde comprendrait.

Naturellement, Lazaro et Fabio s’y refusèrent. Au contraire, l’ASL étaient leur maison. Ils étaient à l’ASL à jamais. Ils comprenaient et respectaient la place des camarades femmes :  la question du respect de la femme découlait obligatoirement d’une prise de conscience de la relation entre les hommes et les femmes, y compris dans les relations sexuelles. La recherche incessante de la relation érotique révélait une immense lacune politique, qui devait être comblée par des réflexions théoriques sur la lutte des classes et l’avenir des hommes et des femmes dans le monde.»

Pour trouver ce livre, allez chez votre libraire indépendant. Pour savoir s’il le possède c’est par ici http://www.placedeslibraires.fr/