Persuasion, Jane Austen

Persuasion, Jane Austen

Les préludes de la lecture : Une affection pour l’auteur.

Résumé : Anne Elliot retrouve après huit ans son amour de jeunesse, le capitaine Wentworth, qu’elle avait éconduit sur les conseils d’une amie, Lady Russel, à cause de son manque de fortune. Le jeune homme, capitaine dans la marine, est désormais riche et visiblement très rancunier envers Anne qui, quant à elle, commence à vieillir ; elle a désormais 27 ans. Après avoir courtisé d’autres jeunes demoiselles, il se rend compte des sentiments qui se cachent sous sa fierté, mais Anne est courtisée par d’autres prétendants. Ne sera-t-il pas trop tard ?

Le mot de la fin : Ce roman m’a quelque peu déçue, il m’a fallu du temps pour parvenir à rentrer dans l’intrigue, enfin si on peut parler d’intrigue. Le schéma répétitif par rapport aux précédents romans ne laisse guère de suspens. Mais ce qu’on aime chez Austen ce sont les sentiments des personnages et l’ironie qu’elle manie si bien. Pour ma part, les sentiments m’ont lassée. Le roman est narré par Miss Elliot, bien que celle-ci écrive avec certes plus de maturité que les autres héroïnes Austenniennes, son côté trop passif m’agace et j’avais envie de la secouer à plusieurs reprises. Je trouve que les personnages manquent de passion et de caractère, mais ils sont plus agréables, ce qui contrebalance un peu. Peut-être que je suis encore trop jeune et pas suffisamment expérimentée pour apprécier l’assagissement des émotions ? C’est fortement probable.

C’est un roman qui prend pour toile de fond la vie des marins et qui étudie les sentiments et le style de vie attachés à cette profession, ce qui est réellement très intéressant. Les critiques de la condition féminine et l’influence de la société, bien connues dans les romans d’Austen sont également présentes et appréciables. Un ouvrage sympathique, qu’il faut lire si l’on aime l’auteur, car il diverge des autres romans et l’on y découvre une autre sensibilité de Jane, mais il ne faut pas attendre de la passion et des sentiments exacerbés.

Extrait : « Si je pouvais vous faire comprendre ce que souffre un homme quand il jette un dernier regard à sa femme et à ses enfants, quand il suit des yeux la chaloupe à laquelle il les a confiés, aussi longtemps qu’elle reste visible, puis se tourne et se dit : Dieu sait si nous nous reverrons jamais ! Et puis, si je pouvais vous peindre la joie en son cœur quand malgré tout il les revoit, quand, revenant après un an d’absence peut-être, obligé de relâcher dans un autre port, il calcule le temps qu’il lui faudra dans le meilleur des cas pour les amener, faisant semblant d’être dupe et de se dire : ils ne pourront jamais être ici avant tel jour mais espérant les voir douze heures avant, les voyant enfin arriver, comme si la Providence leur avait donné des ailes, beaucoup plus tôt encore ! Si je pouvais vous expliquer tout cela et tout ce qu’un homme est capable d’endurer et d’accomplir, tout ce qu’il s’enorgueillit de faire pour ces êtres chers qui sont ce qu’il a de plus précieux ! »

 

Enfin pour une fois, j’ai trouvé que l’adaptation de la BBC, avec Sally Hawkins et Rupert Penry-Jones, était vraiment bien ! La fin diverge, elle reprend la première écrit par Jane Austen et que l’auteur a modifiée par la suite. A voir après avoir lu le livre, bien évidemment 😉

Pour trouver ce livre allez chez votre libraire indépendant, pour savoir s’il le possède c’est par icihttp://http://www.placedeslibraires.fr/

Pour trouver ce livre, allez chez votre libraire indépendant. Pour savoir s’il le possède c’est par ici http://www.placedeslibraires.fr/

film disponible en entier sur Youtube en Anglais par contre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *